terça-feira, 17 de fevereiro de 2009

Chamadas locais


Brejnev vient visiter Reagan. Sur le bureau de Reagan, à côte des lignes habituelles et du téléphone rouge, il aperçoit un autre téléphone noir.

«À quoi sert celui-ci? Dit-il.
- Eh bien, lui dit Reagan, c'est une ligne directe avec l'enfer.
- Pas possible!
- Oui, ça marche très bien, et on me dit même le prix de la communication.
- Je veux voir fonctionner ça, dit Brejnev.
- C'est facile, dit Reagan, on va appeler Staline»

Reagan prend le téléphone, se met en contact avec l'enfer, et on lui passe en effet, Staline. Brejnev prend l'appareil, et ils parlent cinq minutes. Reagan rappelle l'opérateur. Le prix de la communication est de 2000 dollars. Brejnev trouve cela cher mais cependant, rentré au Kremlin, il décide de se faire installer le même appareil. Pour l'étrenner, il appelle lui aussi Staline, et il lui parle une demi-heure. Puis, assez inquiet quant au coût, il appelle l'opérateur et demande combien la communication a coûté.

«Deux roubles, lui répond-t-on.
- C'est tout?! Mais de la Maison Blanche on avait payé 2000 dollars pour cinq minutes!
-Oui, mais depuis le Kremlin, ce sont les lignes intérieures!»

2 comentários:

Artur disse...

malandrinho. há muito tempo que não lia um humor anti-comuna...

José A. Vaz disse...

ui, não lhe chames anti-comuna que é politicamente incorrecto; chama~-lhe antes "lição sobre a guerra fria através do humor para as novas gerações". p´ra diante, camarada!